Chocolat, café et diaconat

Le chocolat et le café sont des invitations à la rencontre et au partage. Tous deux sont des occasions de s’arrêter et de prendre le temps, ou son temps, pour s’accueillir, s’écouter, trouver des intérêts communs et favoriser l’échange. De plus, tous deux seraient bons pour la santé. Et je ne parle même pas ici des goûts et saveurs qu’on déguste. Alors pourquoi s’en priver ?

Et le café, c’est encore ce lieu où se côtoient les générations, où sont les gens, par habitude. C’est l’endroit où l’on cause, rompant ainsi sa solitude.

Le diaconat n’est pas très éloigné de tout cela : je le conçois comme une invitation, ou plusieurs, à se rencontrer que ce soit dans le cadre paroissial mais aussi plus largement. Se rencontrer, cela veut dire se reconnaître et se respecter, s’accueillir et s’accepter sans autre condition, parce que le Dieu de Jésus-Christ a accueilli de manière inconditionnelle et nous invite à faire de même. Découvrir ensemble le  goût de la vie, peut-être amer peut-être doux. Il s’agit aussi de prendre du temps pour s’accompagner mutuellement sur un chemin commun à la rencontre de soi et de Dieu. De plus, il se pourrait bien que ce soit bon pour notre santé. Alors pourquoi s’en priver ?

 

Et je me dis que le café et le chocolat pourraient bien m’aider à créer de ces espaces de rencontre, de lancer des invitations et de faire de chaque moment un vrai moment d’humanité, au goût de fraternité et de solidarité.
Car c’est bien à cela que vous comme moi sommes appelés. Pourquoi s’en priver alors ?

Source de l’image d’en-tête : pixabay.com

Pas étonnant, dit Dieu

Pas étonnant, dit Dieu, que nous ne parvenions pas à nous rencontrer.

En haut…

Toi l’humain, tu regardes au mauvais endroit. Plus tu t’élèves hors de toi, plus tu t’éloignes de moi. Tu explores l’horizon, l’au-delà du ciel, de l’univers et du cosmos dont tu n’as même pas idée, dans le secret espoir de me rencontrer, dit Dieu.

En bas…

Alors qu’il te faut descendre en toi-même, là où tu crois tout connaître, mais dont tu n’as pas idée. Aller là où tu as peut-être peur d’aller.

Ose…

Ose le voyage vers qui tu es vraiment ! Ose le chemin qui te mènera là où souffle la vie en toi ! C’est là que tu me trouveras, humain, dit Dieu.

Source de l’image d’en-tête : pixabay.com