UN JOUR, LA VIE… 9 courts récits

En octobre est paru, aux Éditions du Sureau, mon recueil UN JOUR, LA VIE… 9 courts récits. C’est une publication à compte d’auteur qui m’a permis de faire la connaissance des deux autres écrivants à ce jour: Daniel Musy et PascalF Kaufmann. Nous préférons ce terme d’écrivants à écrivains pour nous démarquer des auteurs professionnels.

Fausse modestie? Peut-être, mais nous l’assumons.

J’ai également eu recours aux services de l’imprimerie Monney de La Chaux-de-Fonds, dans un souci de proximité et de faible empreinte écologique.

>Lire aussi le billet de Daniel Musy (initiateur des Éditions du Sureau).

>Lire ma présentation sur le site des Édition du Sureau

Pourquoi écrire?

Je pourrais répondre que c’est à la mode, que beaucoup se lancent dans l’écriture et que j’ai envie d’en être aussi.

Qui a dit que je recherche de mon heure de gloire?

Ou encore parce que j’aime cela, que j’y trouve du plaisir, une satisfaction personnelle et que j’ai quelques facilités.

Qui a dit auto-congratulation?

Plus fondamentalement, j’ai ressenti le besoin de mettre en mots, sur l’écran et le papier, des histoires plus ou moins inspirées des rencontres qui ont jalonné mes dix années d’aumônerie, mais aussi ma vie personnelle.

Pourquoi la vie et la mort?

Mon métier de diacre réformé auprès de personnes âgées, puis marginalisées m’a amené à aborder la question de la mort et de la vie dans toutes leurs nuances.

J’ai pénétré l’intimité d’hommes et de femmes habités par des regrets, des envies, des espoirs, des pardons jamais reçus ou difficilement donnés, des destins où les émotions sont à fleur de peau. J’ai accompagné des familles dans le deuil, célébré des cérémonies d’adieux où j’ai pu rappeler que, face au mystère de la mort, il y a la vie qui est là, avec ce qu’elle a été, ce qu’elle est et ce qu’elle sera.

>Lire aussi mon billet Je m’voyais déjà.

Pourquoi ce tire, UN JOUR, LA VIE…?

Un jour, la vie… bascule, s’arrête, ne sera plus comme avant, nous joue un sale tour … Que sais-je encore.

Et lorsque la mort vient visiter notre existence, elle fait émerger un questionnement sur la vie, sur ma vie en relation avec les autres, et pour moi, sur la relation avec Dieu.

Pourquoi ce livre?

J’y ai mis un peu ou beaucoup de moi-même, de ce que je crois. J’y ai laissé de la place pour mes émotions, mes espoirs, mes colères aussi. J’ai donné la parole à cette confiance qui m’anime que la vie sera toujours plus que ce que nous en savons, ou croyons en savoir.

Loin d’être des histoires morbides ou déprimantes, j’ai voulu ouvrir à un espoir et un avenir toujours permis, malgré les apparences.

Tout simplement, parce que la vie continue, autrement.

Tout n’est pas dit. Je fais confiance au lecteur de tracer la suite de ces destins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *