Boîte à idées pour non-connectés

Depuis quelques jours, je vois fleurir de nombreuses initiatives diverses et variées pour rester en lien, maintenir la proximité, la vivre d’une autre manière: être là, tout en n’étant loin. Je me réjouis de tout cela. Bravo à vous tous.

En même temps, on est plusieurs à se demander comment atteindre et rejoindre ceux et celles qui ne sont pas connectés. Les grands-parents ou les arrière-grands-parents.  Je me lance donc dans un petit florilège de propositions à adapter et personnaliser. Ce sont des impulsions qui ne demandent à se développer, à se diversifier. Il y a des démarches communautaires, d’autres personnelles. N’hésitez pas. Car, peut-être ne le savez-vous pas, vous avez du talent. Il n’est jamais inutile de poser la question : « Que voulez-vous que je fasse pour vous? »

Les lettres d’information et messages aux paroissiens

Tenir les paroissiens informés par les journaux est une bonne chose. Envoyer une lettre de nouvelles, un message de soutien qui indique aussi des numéros à composer pour discuter et être écouté est encore mieux. Je ne peux que recommander que ces envois soient personnalisés. L’ajout d’un mot manuscrit est certainement un plus, surtout lors du premier envoi.

Là où je suis, La Neuveville et sa région, on proposera des cultes à l’emporter.

Les téléphones

Le moyen le plus évident est le téléphone. Surtout qu’une majorité de nos paroissiens sont à la maison.

L’Église réformée évangélique du Canton de Neuchâtel répertorie des pasteurs et diacres prêts à répondre à des appels téléphoniques, des appels et messages Whatsapp ou Skype.

Des méditations à l’oreille

On peut certainement aller un peu plus loin. On peut proposer, lors d’un entretien téléphonique, le partage d’une lecture, d’une méditation, d’une prière (qui pourraient être envoyées sous forme papier aussi). On peut encore penser à l’Évangile du jour, à un commentaire biblique ou à tout autre chose. S’y ajoute encore le partage d’une musique qu’on est en train d’écouter. Aucune limite, si ce n’est le respect des valeurs et croyances de notre interlocuteur. On prend la précaution de demander. .

Un Café ou un apéro

Et si on organisait le café ou l’apéro à distance. Prévoir un moment, par exemple à 9h00, à 11h00 ou à 17h00 pour partager le café du matin ou l’apéro à distance.

La carte postale

Ce n’est pas seulement quand on est en vacances qu’on peut écrire des cartes des postales. L’isolement nous permet de le faire aussi. Pour l’instant, les kiosques restent ouverts et devraient vendre des cartes. Les offices de poste en proposent également. Quelques mots, quelques instants pris pour dire à quelqu’un qu’on pense à lui, qu’on l’aime, qu’on lui souhaite courage et force. L’image pourra en dire autant que le texte.

Une œuvre artistique

Nous avons tous du talent. Nous avons tous un artiste qui sommeille en nous. Réveillons-le: photos, peintures, dessins, écriture artistique, collages… La liste est longue. Les familles peuvent ainsi se mettre ensemble autour de la table pour réaliser quelque chose de beau et qui fera plaisir. Un moyen agréable de sensibiliser les plus jeunes à la situation de leurs grands-parents ou arrière grands-parents, et à d’autres aussi. Il n’est jamais trop tôt pour semer un peu de solidarité. Ensuite, il n’y a plus qu’à l’envoyer ou le déposer dans la boîte aux lettres.

Les trois impulsions suivantes ne sont à envisager que si vous n’êtes pas personne à risque, n’avez pas de facteurs aggravants et êtes en bonne santé.

Réseaux de soutien et de solidarité

Ils sont nombreux, ces réseaux de bénévoles qui se sont mis en place pour venir en aide aux personnes les plus isolées: faire des courses, proposer une aide, garder des enfants… Pourquoi ne pas rejoindre l’un d’eux? Sans doute que les communes ou les paroisses pourront vous renseigner.

Une fleur dans son quotidien

Vous avez un jardin? Les première jonquilles apparaissent? D’autres fleurs peut-être. Et si vous déposiez une de ces fleurs dans un pot décoré (par les enfants). Ou offrir un petit bouquet en l’ajoutant au cabas à commissions.

Une friandise

Si vous aimez faire la cuisine, il peut être amusant de se lancer dans la confection de chocolats, biscuits, friandises faites maisons et avec les petites mains des enfants. Un joli sachet agrémentera certainement les courses livrées ou le courrier reçu.

Vous voyez, les idées ne manquent pas. Celles qui sont là vous sont offertes. Créez les vôtres.

Prenez soin de vous. Prenez soin des vôtres. Prenez soin des autres.

 

 

 

2 réponses sur “Boîte à idées pour non-connectés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *