Dieu: un mot. Rien qu’un mot. Plus qu’un mot.

Lors d’un Théo-Café, la discussion a pris un tour particulier : un participant a déclaré qu’il ne croyait plus au Dieu qu’on lui a servi. Ce Dieu qui exaucerait toutes nos prières, qui arrêterait ou éviterait les guerres, qui éradiquerait le mal de la surface de la terre. Ce Dieu tout-puissant.

Ses propos ont alors déclenché une réaction : Vous ne croyez donc plus en Dieu?

Le participant a essayé de se justifier, d’étoffer son propos.

Après un moment, j’ai cru bon de demander, pour préciser :
– C’est le mot ou l’image de Dieu qu’on vous a servi qui pose problème aujourd’hui?

Je suis qui je suis… et toi, tais-toi?

Bingo! C’est dans le mille. Oui, c’est cela! Et c’est cela aussi qui nourrit ma propre réflexion au sujet de Dieu. Oh, pas le mystère de Dieu qui restera toujours hors de ma portée, mais le mot. Ce mot si souvent galvaudé, employé à tort et à travers plus qu’à raison. Enfin je crois.

À Moïse qui lui demande son nom, « Dieu » répond par une tournure énigmatique qui a troublé les traducteurs. On a fini par garder : « Je suis qui je suis (ou serai) ». Une façon de laisser planer le mystère, d’affirmer aussi que ce (ou celui) que nous nommons « Dieu », faute de mieux, échappera à nos mots et à nos projections. Et c’est tant mieux! Une manière, peut-être, de signifier que l’humain ne pourra jamais percer ce mystère, c’est pourquoi ce nom ne doit pas être prononcé en vain.

Je suis qui je suis. Cela laisse entendre aussi: « … Et tu es qui tu es. » Ce qui crée un espace entre un JE et un TU. Un espace nécessaire pour un dialogue et une relation. Car, ce que le participant du Théo-Café a relevé, c’est que son refus actuel, est venu avec la maturité et l’âge, du mot et de l’image ne remettait pas en cause sa relation au Dieu mystère. Ce Dieu à la fois tout-puissant et sûrement bien plus intimement proche qu’on ne le pense. Un Dieu à chercher au plus profond de soi d’abord.

Un mot. Mais que dit un mot?

Dieu. Un mot. Juste un mot choisi qui aurait l’audace de tout dire? Qui définirait le Dieu mystère une fois pour toutes? Allons donc… Si c’était le cas, ce mot ferait de nous des êtres tout-puissants, capables d’enfermer « Dieu » dans ces quatre lettres. Mais « Dieu » est bien plus qu’un mot. Il ne se laisse enfermer ni dans les mots qu’on lui attribue, ni dans des dogmes, des vérités, encore moins dans des Églises. Il est libre et libre de se révéler à l’humain. Une des manières a été Jésus de Nazareth, le Fils de l’homme (avec ou sans majuscule d’ailleurs). Encore une tournure qui nous fait réfléchir… Il existe encore bien d’autres façons. Car « Dieu » nous surprendra toujours. Et, c’est tant mieux, encore une fois.

Un mot-mort. Un mot limite.

En préparant ce billet, j’ai découvert que MOT, avec ou sans H à la fin, est une divinité de la mythologie ouagaritaine (Syrie) et son nom signifie « La mort ». La mort qui marque notre finitude de notre existence, qui pose une limite. Notre existence, pas notre Vie en relation. Et cela me convainc que nos mots sont par définition limités, étriqués à l’échelle de notre compréhension et de nos projections.

Pour ma part, je continuerai de croire en Dieu et d’employer le mot « Dieu », mais je serai encore plus conscient qu’il ne dit qu’une infime part de ce (ou celui) qu’il désigne.

Des mots libres.

Voilà sans doute l’esprit du Théo-Café 99 minutes: un espace où il est possible de dire ses convictions et ses doutes, de partager son cheminement humain et spirituel, de le confronter à d’autres dans la bienveillance et le respect de chacun et chacune.

Source de l’image: www.pixabay.com

Et pendant ce temps-là, les Shadoks pompaient!

Lorsque la paroisse de La Neuveville m’a engagé comme diacre, le premier pour elle, son conseil pensait qu’il serait assez aisé de faire bouger les choses. En effet, l’Église réformée bernoise n’octroie pas la célébration des services funèbres et des bénédictions de mariage aux diacres. Ces actes sont réservés aux seuls pasteurs. Pour moi qui vient de l’Église réformée neuchâteloise, ça a été un choc!

Mais pourquoi?

Lorsque j’ai lu les arguments qui justifient cette décision, le choc a été d’autant plus grand. L’Église bernoise met l’accent sur une formation d’aumônier (qui n’existe d’ailleurs pas en tant que telle) et sur une pratique de l’accompagnement. Dit ainsi, je connais bon nombre de diacres qui répondent à ces critères.

Au vu de mon parcours professionnel, des formations suivies et de mon expérience, j’ai toutes les qualités requises. J’ai d’ailleurs eu à maintes reprises l’occasion de célébrer et services funèbres et bénédictions de mariage dans le Canton de Neuchâtel. Bon, passons.

C’est trop tôt.

Et quand les députées de notre paroisse informe le synode d’arrondissement de la situation, la réponse est consternante : cette question a été abordée il y a 3-4 ans et il est sans doute trop tôt de la reprendre maintenant. Et surtout, on ne propose pas d’alternative, de situation transitoire, de solutions…

Cela m’attriste de voir une Église, ou des Églises, se réfugier derrière des règlements et autres ordonnances, de les brandir comme parole d’Évangile, ignorant les réalités et les besoins des paroisses, du terrain. Et compliquant au passage l’organisation interne de notre paroisse. Cette décision met à mal la reconnaissance de mon ministère et de mon expérience. Mais, bien sûr, personne ne le reconnaîtra, mais quand même.

Anne, ma sœur Anne…

Le conseil reste attentif et des représentants au synode cantonal interpelleront leurs homologues, notamment alémaniques. Tout cela prendra du temps et avancera au rythme des pas de sénateurs.

Alors attendons, espérons, et prions sans cesse… Ne renonçons pas.

Et pendant ce temps-là, les Shadoks pompaient, pompaient, pompaient…

Source de l’image: Pixabay.com

Diacre? Mais vous allez faire quoi?

Mais qu’est-ce qui m’a pris de devenir diacre? Un métier qui reste inconnu en-dehors de l’Église, et encore…

Un petit retour sur l’image que je pouvais me faire de cet engagement, au moment de choisir « ma voie », cette voie qui questionne.

À l’heure du choix

En me lançant dans le parcours des Explorations théologiques, j’avais d’abord envie de renouer avec les études, laissées de côté pour diverses raisons. Et je n’ai pas été déçu. J’y ai pris goût, jusqu’à obtenir le diplôme de culture théologique. Et ensuite…? Que faire? Quel chemin prendre?

Continuer la lecture de « Diacre? Mais vous allez faire quoi? »

Théo-Café 99 minutes

      • Il s’agit du premier projet que j’ai initié dans la paroisse réformée de La Neuveville. Le propos n’est pas de tirer un bilan après une première édition, mais de revenir sur la réflexion et l’évolution de cette idée.

Tout part d’un livre…

C’est en parcourant Les maîtres-mots de l’Évangile. Petit dictionnaire pour mieux comprendre le Nouveau Testament de Pierre Prigent que l’idée naît. L’auteur développe ainsi une trentaine de mots des Évangiles. Je me demande comment ces mots sont compris aujourd’hui par nos habitués qui les entendent régulièrement lors de cultes. Résurrection, pardon, péché… Est-ce que cela parle encore aujourd’hui?

Partageant cette idée avec d’autres, quelqu’un répond : « On pourrait faire un café-philo… Il y a eu un projet mais qui ne s’est pas concrétisé jusqu’à présent. »

Un café-philo, ça veut dire que la discussion s’étend à un groupe plus large que le « club du dimanche », c’est une bonne idée. Qu’elle a lieu dans un café public, c’est une autre bonne idée.  Ça veut dire aussi rencontre et convivialité.

Lire aussi : Chocolat, café et diaconat Continuer la lecture de « Théo-Café 99 minutes »

L’Église, c’est plus que ce qu’on croit. Et tant mieux!

Au fait, c’est quoi l’Église? Il vaudrait la peine, un jour, de faire un micro-trottoir à ce sujet. Et qu’est-ce que j’attends pour le faire?

L’Église, c’est…

L’Église, ce peut être d’abord un édifice, au milieu du village, évidemment.

L’Église, c’est une institution confessionnelle : catholique, réformée, orthodoxe, évangéliques (au pluriel, tant la diversité est grande) et j’en passe (pardon…)

L’Église, c’est une communauté composée de ceux qui lui donnent vie par leurs engagements personnels, leur soutien moral et financier (à part les cantons de Genève et Neuchâtel, ils n’ont pas vraiment le choix). Ceux qui y sont mais sans attaches et qui n’ont pas voulu ou pensé la quitter. Ceux qui y restent pour de nombreuses bonnes (ou mauvaises) raisons. Et tous les autres aussi.

L’Église, c’est elle qu’on appelle un jour parce qu’on veut faire baptiser son enfant, bénir son mariage ou dire adieu à un proche.

Ça, c’est celle qu’on voit. Mais ça n’est pas que ça.

Continuer la lecture de « L’Église, c’est plus que ce qu’on croit. Et tant mieux! »

Souvenirs, souvenirs !

Prédication du culte de l’Ascension en 2 parties.

1re partie : une fin qui n’en est pas une

Textes de Luc 1 et 24

Vous vous souvenez de nos dictées d’antan ? Terreur pour beaucoup : les mots compliqués, les accords du participe passé. Et on attendait avec impatience le point final qui mettait un terme à ce calvaire.

Mais peut-être que pour d’autres, l’exercice la dictée était plaisant, voire attendu. Allez savoir…

On a ainsi tous appris qu’une histoire, un texte se termine par un point. Un point, c’est tout !

Tout est dit. Point final.

Sauf qu’ici, à la fin de l’Évangile de Luc, ce n’est pas tout.

Continuer la lecture de « Souvenirs, souvenirs ! »

Une parole pour nous remettre en vie

Ce texte prend place dans le cadre d’une cérémonie d’adieux.

Nous sommes à la veille de la fête de l’Ascension, le moment où Jésus quitte ses disciples, s’élevant dans les airs. Au début du livre des Actes des Apôtres, on y entend aussi la promesse de la Pentecôte.

Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ?

Cette question est celle des messagers dans le récit de l’Ascension de Luc.

Ils sont là à fixer le ciel du regard. Qu’attendent-ils ? Qu’espèrent-ils ? Ils sont là sans voix, comme pétrifiés. Il leur faut alors une voix, celle des messagers pour les réveiller, pour les connecter à nouveau à la vie, les remettre en route dans le cours de la vie. Une vie nouvelle, celle de témoins, celle de ceux qui ont vu, qui ont cru et qui l’attesteront.

Ce jour-là, ils prennent soudain conscience que c’est à eux de jouer, que le Maître est parti, élevé ou enlevé au ciel, caché derrière un nuage qui laisse le mystère entier. Ils comprennent aussi que le temps de Dieu n’est pas le temps de l’humain et qu’il faudra faire avec.

Ce jour-là, c’est un appel à la confiance qu’ils ne seront pas seuls. Le souffle de Dieu, l’Esprit, le vent leur sera donné pour qu’ils accomplissent leur mission d’être des témoins là et dans le monde. Mais maintenant, les apôtres et les femmes se serrent les coudes, restent ensemble, à l’image d’une famille, de frères et de sœurs, de parents et d’enfants.

Être sans voix

A l’heure de la séparation, surtout dans les premiers instants, il nous arrive, à nous aussi, à nous aujourd’hui, d’être à l’image de ces apôtres, sans voix. De vivre l’annonce de la séparation comme si le temps était suspendu ou s’était arrêté.

La nouvelle, même si on peut parfois s’y attendre ou s’y préparer, nous immobilise, nous enlève les mots de la bouche et c’est normal.

Une voix pour se remettre en mouvement

C’est alors qu’il nous faut une voix, un mot, pour nous remettre dans la réalité du moment présent, pour nous remettre en mouvement dans le cours de la vie qui continue malgré tout.

Aujourd’hui, nous tentons nous aussi de mettre des mots sur ce que nous ressentons ; des mots parfois dérisoires. Mais il y a d’autres mots, qui soudain prennent du sens comme merci, comme reconnaissance, comme souvenirs comme amour, comme amitié, d’autres encore qui peuvent nous aider à renouer avec la vie, à nous sentir vivants.

Des mots pour aujourd’hui, mais à qui ?

Ces mots, à qui les dire ? A notre famille, à un ami, à nos connaissances, à Dieu. Oui, à Dieu et pourquoi pas ? Lui qui en son Fils n’a cessé de rappeler la vie offerte à chacun. Pas seulement la vie qui va de notre naissance à notre mort, mais une vie de relation qui nous dépassera toujours et gardera sa part de mystère parce qu’elle ne dépend pas de nous seuls. Une vie qui continue autrement malgré la séparation.

Aujourd’hui, souvenons-nous que le Dieu de Jésus-Christ est le Dieu de la vie, pas le Dieu des morts. Croire en ce Dieu, c’est croire en la vie qui est plus que l’existence. C’est croire à la force d’une vie animée d’un amour reçu.

Et si nous venions à l’oublier, faisons silence autour de nous et en nous-mêmes pour y entendre ces mots murmurés par un autre ou au plus profond de notre être. Des mots aux accents d’une promesse pour aujourd’hui déjà qui disent l’amour, qui disent la vie.

Et ces mots qui font du bien, n’attendons pas l’ombre d’une séparation pour les dire, pour les partager, mais que chaque jour soit une occasion au moins de dire l’amour, dire la vie, de dire merci, tout simplement.

Amen.

Source de l’image : www.pixabay.com

Pierre de fondation, qu’as-tu à nous dire?

Jeter les fondations

Cette prédication se fonde sur le récit des Actes des Apôtres, chapitre 4. Après avoir guéri un mendiant boiteux au nom de Jésus, Pierre et Jean sont entourés par une foule nombreuse venue les écouter. L’enseignement sur la résurrection des morts agace les oreilles de certains religieux, au nombre desquels, il y a les sadducéens.

Excusez-moi, chers Amis ! Est-ce que quelqu’un connaît bien l’architecture de ce temple ? Parce que je cherche quelque chose de très important. Quelque chose sur quoi asseoir toute ma réflexion ce matin : la pierre de fondation de ce temple. Vous savez, la pierre d’angle. Est-ce que vous savez où elle se trouve ? A quel angle ? Celui-ci ? Celui-là ?

Continuer la lecture de « Pierre de fondation, qu’as-tu à nous dire? »

Au micro

Ce lundi matin, mon interview par la radio bilingue Canal3 de Bienne a été diffusée (à écouter, ça dure 5 minutes 22). Malheureusement, il n’est plus disponible dans les archives de la radio. Il s’agissait de répondre aux questions du journaliste Jérôme Favaretto à propos de mes débuts à La Neuveville : premières impressions, activités, projets…

Allô? C’est la radio…

Le premier contact s’est fait par téléphone jeudi matin. La radio s’intéresse à moi parce que je suis (très) actif sur les réseaux sociaux. Je suis pris un peu de court. On discute et je réponds à quelques questions, alors que je suis dans la rue. Des questions pour débroussailler et baliser un peu l’entretien qui sera enregistré dans les murs de Canal3 le lendemain.

Continuer la lecture de « Au micro »

Culte de Pâques : Silence !…

Job 2, 11-13 Puis les trois amis se sont assis par terre avec Job pendant sept jours et sept nuits. Aucun ne lui a parlé. En effet, ils voyaient que sa souffrance était très grande.

Évangile selon Marc 16, 1-8 Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

Silences pluriels

Sans doute devrais-je me taire moi aussi!

Oui, chers Amis, j’aurais certainement tout intérêt à laisser le silence nous parler devant l’incroyable de ce matin.

On connaît ce proverbe : « Si la parole est d’argent, le silence est d’or. » Alors, laissons pour un instant la place au silence ici et en nous-mêmes. [Pause]

Mais, il faut bien dire quelque chose. Vous êtes venus sans doute pour entendre quelque chose. Alors, je me risque, tout en sachant qu’il y a des silences qui parlent au-delà de tous les mots, de tous les maux. Il y en a des silences qui disent la présence sincère et l’écoute attentive. Il y a des silences qui disent la sympathie, la compassion, l’amitié, l’amour aussi.

Continuer la lecture de « Culte de Pâques : Silence !… »