Mes pensées confinées

Ce billet a bien failli ne pas voir le jour à temps. En effet, en lançant mon Billet du dimanche, j’imaginais avoir chaque semaine un matériau suffisant à disposition pour écrire quelque chose. Mais, cette semaine, rien ou si peu. J’ai un peu épuisé Pâques, et on n’y est plus.

Je me suis alors demandé : puis-je ne rien écrire, juste cette semaine ? Mon billet est-il espéré, attendu ? Son absence soulèverait-elle des réactions indignées… ?

Le confinement dans la tête

C’est alors que ma femme m’a soufflé l’idée : tes idées sont aussi en confinement ! Voilà, un bon début. Elles ne sortent pas. Il y a comme un vide. Surtout que cette remarque rejoint une discussion que j’ai eue la semaine passée. J’aurais pu en faire un podcast, à l’invitation de ce billet de theologique.ch, et ainsi sortir de ma zone confort. J’ai préféré y rester confiné, au moins aujourd’hui. Ne m’en veuillez pas. Soyez indulgents.

Cela fait maintenant 40 jours que nous sommes isolés les uns des autres. Quarante jours, cela ne vous rappelle rien ? La quarantaine, bien sûr. Mais aussi un temps de carême après l’heure. Ce temps qui habituellement invite à mettre de côté certains remplissages de notre mode de vie : moins de télé, de chocolat, de café, de cigarettes, de réseaux sociaux pour retrouver plus d’essentiel. Cette quarantaine nous a imposé de nouvelles manières de vivre le quotidien, en renonçant à ce qui en faisait le sel. Peut-être aussi que ce temps nous fait découvrir le vide qui se creuse dans nos journées et dans notre être. Se pose alors la question : comment le combler, ce vide, si vide il y a ? Comment est-ce que je retrouve du sens avec ce que je fais, peux faire ou ne peux plus faire.

Mille manières de vivre ?

Il est évident que cette pandémie et ses mesures n’ont pas le même sens pour chacun. Une infirmière aspirera certainement à pouvoir souffler et se reposer, alors qu’une coiffeuse piaffe d’impatience de pouvoir reprendre ses activités.

Certains enfants attendent le 11 mai pour retourner à l’école et retrouver leurs copains, alors que d’autres voient ce temps comme des vacances à prolonger.

J’ai pu entendre des parents se plaindre de ne plus avoir une seule seconde, jonglant entre télétravail et école à la maison, tâches ménagères et courses, et pas moyen d’envoyer les gosses chez leurs voisins quand ils deviennent insupportables. Et si ce sont les voisins qui le sont, c’est encore pire. Le risque d’épuisement n’est pas loin !

Pour ma part, mon quotidien a un peu changé, j’en ai parlé dans ce billet, mais fondamentalement, je continue à parler à des gens, à préparer des cultes, à communiquer, à participer à des réunions, à célébrer parfois des cérémonies d’adieux. Je trouve même une commodité certaine à travailler à distance, à la maison.

Le vide, une angoisse ou un besoin ?

Comme il est bienfaisant aussi de prendre une pause dans sa journée. C’est même essentiel. Heureusement que ma femme est là pour me le rappeler de temps à autre : Y a pas que le travail ! Et toc ! Elle a raison…

Le travail à domicile, j’y suis habitué, mais maintenant, il prend plus d’ampleur. Alors, ai-je le droit de ne rien faire, et sans culpabiliser ? L’une de mes estimées collègues, Laure Devaux, répond en vidéo à cette question. Vous trouverez le texte sur son blog.

Et voici, enfin, la question qui m’a habité cette semaine : si les activités habituelles ne sont plus possibles, comment est-ce je remplis ma vie ? Si le travail, les rencontres, les déplacements, les objectifs sont reportés à « aussi tôt que possible, mais aussi tard que nécessaire », qu’est-ce qui me reste ?

Êtes-vous prêts ?

Suis-je prêt, préparé, disposé à accueillir ce vide ? Avec quoi vais-je le remplir ? Ne rien faire, est-ce une manière de remplir ce gouffre qui s’ouvre devant moi  à certains moments de ma semaine ?

La manière dont je vis ces journées en dit long sur ce qui est important dans ma vie, ce à quoi je tiens, ce à quoi je suis prêt à renoncer. Et encore, je n’ai pas renoncé à grand-chose, contrairement à d’autres qui ont vu leurs habitudes bouleversées de fond en comble.

Voilà. Mine de rien, j’ai écrit ce billet, un peu plus de 700 mots. J’ai rempli mon vide et ma mission pour aujourd’hui. Et vous ? Comment allez-vous ? Comment vivez-vous et remplissez-vous ce temps ? Vos commentaires sont les bienvenus.

Bonne semaine.

Un autre article pour poursuivre la réflexion : Burn-out.

 

Image par StockSnap de Pixabay

 

 

 

5 comments

  1. Au fond, tu as quand même écrit un billet sur Pâques : un vide qui nous laisse face à nos questionnements, à notre envie (besoin?) de le remplir par toutes sortes d’explications ou à notre capacité à l’accueillir comme une grâce. C’est ça le tombeau vide, non?
    Bon dimanche à toi et à Myriam.

  2. Merci Jean-Marc, pour tes questionnements dans lesquels je me retrouve! Sommes-nous en train de remplir un vide ou de profiter de l’espace ainsi ouvert? Obligation, sens du devoir, besoin personnel… peut-être un peu de tout ça à la fois??!!
    Belle journée à toi! Bises

  3. Oui, ‘est ça, le tombeau vide. La situation qui nous oblige à quitter nos habitudes, à donner de la place à l’inattendu, à ce qui à priori semble impossible, dénué de sens. : le corps du Christ ne serait plus là où il a été posé la veille, après la crucifixion. C’est quoi, cette histoire ???k Et la pierre roulée devant le tombeau : elle s’est volatilisée ? ou quoi ?
    Le confinement me met par moments dans cette attitude d’incrédulité. C’est quoi cette histoire? Je suis sensée faire quoi de « ça »? Mais justement : faire : rien. Mais laisser arriver, admettre mon impuissance; ouvrir le coeur pour que puisse arriver quelque chose d’inattendu. Dans la lecture de ce matin il est question de pêche. Après une nuit d’échec, de pêche nulle, rester humble, mettre de côté l’expérience de pêcheur professionnel qui sait que si ça ne marche pas la nuit, ça ne sert à rien d’essayer à nouveau le matin …..

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *