Santé!

Il y a quelques jours, nous avons vécu la 3e édition du Théo-Café 99 minutes. Le principe est simple : on se retrouve pour partager un verre, un café ou autre chose tout en discutant librement autour d’une citation. Je pourrais encore apporter du chocolat à grignoter.

Notre dernière rencontre portait sur la prière. Je ne reviens pas sur nos échanges, mais je vous invite à lire une belle approche de l’importance de la prière pour une communauté dans l’excellent billet du pasteur Philippe Golaz.

Au terme de notre « causerie », nous étions d’accord pour dire que l’important, ce n’est pas tant d’avoir des réponses, d’avoir été convaincant, d’être d’accord ou non. L’important, c’est la rencontre.

Sans rencontre, pas d’Église.

C’est ce qui me tient à cœur et que j’ai mis en avant lorsque la radio m’a interviewé: la rencontre sous toutes ses formes.

« Nous étions Église » a été l’une des remarques. Église, ce mot dont l’origine grecque signifie « assemblée » dans un sens politique d’abord. Voilà bien l’objectif premier du Théo-Café, voilà certainement l’esprit dans lequel je l’ai pensé et proposé aux autres communautés: offrir un lieu pour se rencontrer d’où qu’on vienne et qui l’on soit. Pour l’instant, le public est plutôt composé de « convaincus » plus ou moins proches d’une communauté, mais ce n’est que le début et nous n’abandonnons pas l’idée d’accueillir des participants d’autres horizons qui pourraient bien nous bousculer un peu, en nous interpellant.

Se rencontrer, c’est un élan vers.

Initier de nouveaux lieux ou d’autres occasions de se rencontrer ne signifie pas que la paroisse cherche à s’attirer une plus grande assemblée lors des cultes. Parce que si le culte est un lieu de rencontre, il n’est de loin pas le seul et parle à une minorité désormais qui en comprend encore le langage. Il ne s’agit pas de l’abandonner pour autant. Cela veut dire que nous prenons conscience que l’ère où il suffisait d’attendre est révolue. Et tant mieux!

Se rencontrer sans rien attendre d’autre que le plaisir de la rencontre.

Aujourd’hui, c’est à nous, c’est à moi de faire ce premier pas qui me conduit à rencontrer. Cela me fait bouger, en me mettant en route dans des projets, avec le concours précieux de mes collègues, de bénévoles, d’associations locales. Des projets à construire ensemble aussi, où le maître-mot est la rencontre. Parce que c’est en se rencontrant les uns les autres qu’on a le plus de chances de rencontrer le Dieu qui vient à notre rencontre.

Des occasions gratuites où rien n’est exigé : venez, goûtez, profitez… et repartez : vous ne signez rien. Vous ne vous engagez à rien. Ou si vous  vous engagez, c’est parce que vous en avez envie.

Se rencontrer, ça développe la créativité.

Groupe de visiteurs bénévoles, Fête des enfants, Journées-Jeux, rencontres des aînés, quelque chose à imaginer avec des vignerons de la région, accueil des nouveaux paroissiens. Des idées qui sont venues de manière souvent informelle, en rigolant, en marchant seul, à la suite d’une lecture, d’un reportage, autour d’une bière ou d’un café, en dégustant un carré de chocolat.

Voilà ce qui m’anime et qui donne vie et sens à mon ministère et tout ce qui est encore à venir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *